AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes]

Aller en bas 
AuteurMessage
Luna Lodwick

Luna Lodwick

Messages : 16
Date d'inscription : 16/12/2009

{#.ON VEUT EN SAVOIR PLUS
Race : Humaine
Relations:
Ton don : Aucun. Même si pour une humaine, j'ai une bonne intuition.

J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes] Empty
MessageSujet: J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes]   J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes] EmptySam 19 Déc - 17:24

    J'étais mal. A un point inimaginable. Finalement, l'idée de me retrouver seule dans une ville que je ne connaissais pas était vraiment très très mauvaise. Dans mon appartement rempli de caisses contenant des tas d'objets et meubles à monter divers, je me rendis compte du sur-poids de la solitude. Assise dans mon fauteuil bordeaux, je soupirai. Il fallait que je sorte. Mais pour aller où ? D'après ce que j'avais vu, le centre-ville n'était pas bien grand et comptait surtout des épiceries et autres. Même Holy Island était plus peuplé et possédait plus d'aspects attractifs. Au moins là bas, il y avait des musées, etc.

    Bref. Je réfléchis quelques minutes tout en détaillant les murs du salon. Soudain, une idée de génie me percuta l'esprit. Simple ! Je n'avais qu'à aller au cimetière. J'aimais les endroits un peu décalé. Hors, il n'y avait pas plus décalé que cet endroit là. Je souris, me levai d'un bond et me dirigeai vers la caisse vêtements. Je l'ouvris et pris ma longue jupe en dentelle ainsi que mon corset noir. Je mis mes grosses bottes en cuir ainsi que ma jolie veste m'arrivant à mi-cuisse.

    Je sortis. Le vent était réellement glacial. Peut-être allait-il neiger, qui sait ? Je souris à cette idée. J'aimais vraiment les flocons, tombant doucement sur le sol. C'était d'une incroyable beauté. Avec Alexandra, il nous arrivait de passer des journées à jouer dans la neige. Nous faisions des bonshommes aussi grands que nous, des batailles ainsi que parfois de la luge. En repensant à ces si bons souvenirs, je ne pus m'empêcher de sourire. C'était si bien, cette époque. Nous étions innocentes de tout. Nous ne connaissions rien à la vie. Et mon père était là, nous attendant à la maison avec une tasse de chocolat chaud.

    Je soupirai tout en marchant. Ca me manquait, cette époque maintenant totalement révolue. Déjà, je ne connaissais personne ici. Et pour le peu de gens qu'il y avait dans cette ville, je doutais sérieusement de trouver quelqu'un comme moi. Peut-être que Raphaël, mon très cher ami du net, habitait Forks. Je pris la décision de lui demander au soir, si il était connecté. Très sérieusement, si il vivait dans ce bled paumé, la vie reprendrait peut-être un peu plus d'intérêts pour moi. Après tout, Raphaël avait un don pour parler de chose sérieuses tout en les rendant attractives. Il était parvenu, par exemple, à m'expliquer le système politique américain sans beaucoup de difficultés. Donc, il m'apprendrait des tas de choses. Mais rien était sûr, et les étoiles dans mes yeux disparurent aussi vite qu'elles étaient arrivée.

    Je déambulai dans les rues de Forks, me dirigeant vers l'Église. Le cimetière devait être dans ses alentours. Quand je fus arrivée à destination, je fus prise d'un frisson. L'entrée du cimetière était vraiment... Sinistre. La grille était toute rouillée, assez vieille d'ailleurs. Et je pouvais voir des débuts de tombes cachés par des fourrés et autres arbustes. Le cimetière, était entouré de vieilles murailles. Il faisait vraiment très très sombre. A côté de la grille, se trouvait une pancarte avec écrit ''Attention au fantôme''. Je ris. Alors comme ça, il y avait des revenants, à Forks ? J'y croyais, mais bon !

    J'ouvris la grille, qui grinça d'un façon irréelle. Je déglutis ma salive et m'enfonçai dans les profondeurs du cimetière, parcourant les allées, entre les tombes. J'aimais regarder les dates des morts. Les plus belles tombes étaient les plus vieilles. Certaines dataient des années 1700. C'était vraiment beau.

    Soudain, j'entendis un bruit derrière moi. Un craquement de branche. Je me retournai vivement et me retrouvai nez à nez avec plusieurs fourrés. Je les balayai du regard. Rien. Un frisson me glaça le corps. Je manquai de faire demi-tour. Mon intuition me le disait. Et pourtant, je ne l'écoutai pas. Même si elle avait souvent raison. Je continuai ma route. Le plus grand caveau entra dans mon champ de vision. Et derrière lui... Je ne pus m'empêcher de m'exclamer. Il y avait un vieux manoir. Vieux et magnifique. Des bruits étranges s'en échappaient. J'hésitais sérieusement. Était-il habité ? Je n'en savais rien. Je m'avançai de quelques pas, quand soudain un autre bruit de craquement retentit derrière moi. Je me retournai à nouveau. Toujours rien. Je demandai d'une voix forte

    ''Il y a quelqu'un ??''
Revenir en haut Aller en bas
Sasha Levinsky

Sasha Levinsky

Messages : 188
Date d'inscription : 21/11/2009
Age : 28

J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes] Empty
MessageSujet: Re: J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes]   J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes] EmptyVen 25 Déc - 1:06

A Forks, on peut vite se rendre compte qu'il n'y pas grande distraction. A part mon skate et deux ou trois autres trucs, je ne savais réellement pas quoi faire de ma soirée. Au pire, j'aurais pu appeler mon meilleur ami, histoire qu'on s'éclate, mais ces derniers temps, j'ai cette vague impression qu'il m'évite. Et je commençais sérieusement à avoir peur. Peur qu'il me laisse. Peur qu'il se soit lassé de mes histoires invraisemblable. Je n'osais même pas le confronter, pour savoir de quoi il en retournait. La vérité m'effrayait. Car si il me lâchait de façon définitif... ce serait tout mon univers qui s'écroulerait. Une déchirure s'insinuait sournoisement au fond de moi, et cela devenait ... insupportable.

Mais, je m'en faisais peut-être pour rien. Les périodes de noël et tout ça, ça peut occuper au point qu'on en oublie ses amis ... mouais. Peu rassurée par cette excuse, je descendais les escaliers de la maison. Chez moi, noël n'est qu'une fête commerciale, et tout ces préparatifs, cette effervescence lié à cette période agacé ma mère. Lui jetant un bref regard, je me demandais qu'elle tragédie elle avait bien pu connaître, pour être autant écœuré. Puis, haussant les épaules, je partis, prenant au passage mon skate. Un jour ou l'autre, je le serais bien. Les secrets de familles, tout le monde en a. Et qu'on le veuille ou non, ça remonte toujours à la surface. Alors, autant attendre. Cela me tombera dessus bien assez tôt.

Une fois dehors, je regrettais de ne pas avoir enfilé un manteau. Cependant, faire du skate en manteau et beaucoup moins pratique, qu'en veste. Alors, ne faisant guère plus de soucis, je roulais sur mon skate, le long de la rue. Ça pouvait aller, les rues étaient assez praticable, bien qu'un peut trop glissante. Mais c'est ce qui était le plus intéressant. En continuant ainsi, je risquais fortement de me blesser une seconde fois... Et cette pensée me fit sourire. Comme si cela pourrait m'arrêter!!

Néanmoins, je ne connaissais toujours pas ma destination. Après tout, c'est vrai. Rouler, c'est bien beau. Mais avoir un endroit où aller, qu'importe le lieu, c'est bien mieux. On a moins l'impression d'errer comme un fantôme, sans but. L'espace d'une seconde, l'idée d'aller voir Matt effleura mon esprit... puis l'idée de me faire refouler, aussi galamment soit-il, me fit changer d'avis.

C'est en passant près du cimetière, que je m'étais arrêtée quelques instant. Le soir d'halloween, j'y avais trainé, avec des potes. On avait découvert une maison. L'un d'entre eux m'avait affirmé que cette bicoque était hantée. Bah... bien entendu... j'ai fait semblant de ne pas y croire. Et finalement, on avait tracé notre route. Depuis, j'avais complètement oublié. L'idée de vérifier, si oui ou non, le lieu était hanté, me semblait des plus alléchante. Un fin sourire aux lèvres, je pris mon skate sous le bras. La grille étaient-elles ouvertes? Sait-on jamais, qu'ils pensent que leurs pancartes suffiraient à faire fuir les plus téméraires. Sans grande conviction, j'essayais d'ouvrir le grillage rouillée ... et y parviens sans difficulté. Et bien, moi pensais devoir escalader le grillage, fut des plus déçus. M'enfin, tout en entrant dans les lieux, je pris grand soin à fermer les portes. Sait-on jamais, que certains esprit parviennent à s'échapper. Le lieu était calme, à part quelque craquement de brindilles. Dans ce genre de coins, je pensais ça normal. Pourquoi s'en inquiéter? Le fait que se soit un cimetière ne me terrorisée pas outre mesure. Au contraire, j'éprouvais même une certaine hâte à rencontrer un éventuel fantôme, où que sais-je encore. Quoi que... l'idée de rencontrer une goule ou un vampire ne me plaisait guère. Bon après, je ne risquais pas grand chose d'une goule, de ce que j'en avais lu. Puis faut-il encore que cela existe, tout comme les sang-froid.

Bref, je continuais ma traverser, cherchant cette bâtisse. Je vis au loin un grand caveau... et j'eus un vague sentiment de familiarité. Alors, je poursuivais ma route. Je ne m'étais pas trompé. La maison se situait là. Malgré les divers bruit qui me parvenait, rare était les fois où mon cœur s'affolait. Mais de façon inévitable, je sentais l'adrénaline se propager dans mon corps, et je me sentais beaucoup plus alerte. Inspirant profondément, je pénétrais dans la demeure.

Contrairement à mes souvenirs, l'endroit était des plus lugubre. Le sol poussiéreux craquait sous mon poids. Une odeur de renfermé, de moisi ...- et de morts? - emplissait le hall d'entrée. Cette fois, je pouvais sentir mes poils se hérissait sur mon bras. La pénombre engloutissait tout. Et les vitres, bien trop crasseuse, filtrait le peu de lumière argenté que la lune nous offrait. Malgré tout, ma vue - au bout de deux bonnes minutes - s'habituait à cette semi-obscurité. Je m'approchais de l'escalier centrale, et posa ma main sur la rambarde. Le bois, rêche et miteux, semblait prêt à céder à tout instant. Et c'est à ce moment là, que la porte se referma toute seule. Rien avoir avec un claquement sec! Comme un courant d'air. C'était plus ... sournois. Lent, et silencieux. Comme si on se serait voulu discret.

Il était encore temps de faire demi tour... Pourtant, je fis tout le contraire. Je posais mon skate, près des escaliers, et entrepris de visiter le salon. Il se trouvais sur ma droite, il n'y avait pas de couloirs, c'était directement ouvert sur le salon. Tout du moins... on pouvait le deviner. Quelques meubles, recouvert de draps, à la base blanc - tout du moins, je le suppose - trônait ci et là. Et parmi le tout, quelques chose qui possédait la forme d'un divan. Un autre me laissait perplexe, et je fus irrémédiablement attiré. Hésitante, tremblante, je retirais le drap. Retenant mon souffle, m'attendant au pire, je fis un mouvement de recul, comme si on allait me sauter à la gorge. Finalement, ce n'était qu'un piano. Un piano qui datait. Je me demandais si il y aurait possibilité de le retaper... ça pourrait m'être utile pour composer certaines de mes chansons. Il faudrait que j'en parle à Matt. Reculant, ravi de cette perspective, je me cognais en plein contre un meuble. Lâchant un juron à voix basse, je me jurais de faire plus attention.

Puis... des bruits. De l'extérieur. Mon souffle cessa net. Oreille tendu, des bruits de pas se rapprochant me parvenait. Je voulais être silencieuse, cependant, j'avais l'impression que mon cœur battait si fort, qu'on entendait plus que lui. Déglutissant avec peine, je repris mon souffle avant de finir asphyxié. Puis une voix, féminine et apparemment tendu, se fit entendre.

Je ne savais pas si, oui ou non, je devais être soulagée, mais je l'étais. Posant une main sur ma poitrine, j'attendis quelques seconde. Le temps de reprendre une certaine contenance. Une fois ceci fait, je retournais dans le hall, pris mon skate, et sortis de la maison. D'un grand sourire aux lèvres, je m'approchais de la jeune femme.


A part ton ombre et moi-même... j'en doute.

Certaine de moi, je m'assis sur les marches du porche, et posais de nouveau mon skate, face à moi. Je détaillais la demoiselle, sourcil légèrement froncé. Je ne l'avais encore jamais vu dans le coin. Ces derniers temps, nous avions droit à beaucoup de nouveaux arrivants. Sortant mon paquet de clopes, j'en coinçait une entre mes lèvres, et tendis le paquet à la nouvelle.

T'en veux une? réussissais-je à articuler, ma cigarette toujours coincé aux coins des lèvres.


_________________
Avatar by Jade Voon de Horen
Revenir en haut Aller en bas
Luna Lodwick

Luna Lodwick

Messages : 16
Date d'inscription : 16/12/2009

{#.ON VEUT EN SAVOIR PLUS
Race : Humaine
Relations:
Ton don : Aucun. Même si pour une humaine, j'ai une bonne intuition.

J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes] Empty
MessageSujet: Re: J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes]   J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes] EmptyVen 25 Déc - 3:31

    J'avais le cœur qui battait assez fort. Pas autant que quand mon père avait manqué de me foutre une crise cardiaque en étant aller se cacher dans le grenier pour me foutre la pire peur de toute ma vie, mais quand même. Je ne rêvais pas. Il y avait réellement des bruits étranges. Mais bon. Il fallait que je me calme. J'étais dans un cimetière. Normal qu'il y aie des sons bizarres. Mais n'empêche...

    Je regardai une nouvelle fois autour de moi. Les pierres tombales étaient plus que jamais magnifiques. Des anges pleurant les défunts, des croix gigantesques, me faisant penser à l'époque celtique, et bien d'autres encore. Et cette maison. Cette énorme demeure sous mes yeux. Était-elle habitée ? Surement que non. C'était d'ailleurs pour cela qu'elle était hantée ! Je ris légèrement. Puis encore un craquement. Plus sonore cette fois. Je me retournai une énième fois et reposai ma question. Rien. Rien de rien.

    Soudain, une jeune fille sortit de cette maison. Elle devait avoir le même âge que moi. Elle était très jolie, et au style assez rock. J'aimais bien. Elle avait de beaux cheveux d'un roux très clair. Surement une coloration. Comme moi en fait. Je souris légèrement. Elle ne ressemblait pas à une revenante, ou quoi que ce soit. Je m'en sentis soulagée. Je vis qu'elle possédait un skate-board. J'avais longtemps voulu en faire, mais n'avais jamais eu l'occasion d'en essayer une. La jeune fille me dit d'une voix assurée qu'il n'y avait qu'elle et moi. Peut-être était-elle terre-à-terre ? Peu de gens croyaient aux vampires et autres, comme moi. J'en fus légèrement déçue. Mais je n'osai pas la contester. Déjà, je n'osai pas vraiment lui adresser la parole.

    Elle s'assit sur le perron de la maison et prit ses cigarettes. Elle avait décidément la classe, je pouvais le dire clairement. Elle me proposa une clope. J'avais oublié mon paquet à la maison.

    ''Je veux, bien, merci.''

    Je pris une des cigarettes qu'elle me tendait. Je l'allumai à l'aide d'un vieux briquet trainant dans une des poches de ma vestes. J'inspirai la fumée. Ma tête ne tournait plus, à présent. C'était mon père qui m'avait incitée à fumer pour la première fois. Et j'avais gardé cette sale habitude.

    Je fixai sans m'en rendre compte cette jeune fille. Je ne connaissais pas encore son nom. Je détournai les yeux, de peur de paraitre impolie. Je tirai une nouvelle fois sur la cigarette.

    ''Heu... Alors... Tu faisais une balade, toi aussi ?''

    Que dire d'autre ?? J'étais vraiment une catastrophe ambulante pour engager une conversation avec quelqu'un. Qu'est-ce qu'on allait bien pouvoir faire de moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Sasha Levinsky

Sasha Levinsky

Messages : 188
Date d'inscription : 21/11/2009
Age : 28

J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes] Empty
MessageSujet: Re: J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes]   J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes] EmptyVen 25 Déc - 4:43

Drôle de rencontre, le cimetière. Aussi loin que remonte mes souvenirs, cela ne m'était pas encore arrivée. D'un autre côté, je ne passais pas ma vie dans cet endroit. Non pas que je l'ai en horreur, je n'en avais simplement pas l'occasion. Avant, mon temps se diviser entre les études, le skate, la musique, et dans ces trois grand centre d'intérêt, Matt! Le centre principal! Celui qui illuminait mes journées, et enflammé mes nuit. Ce n'est qu'avec sa longue absence, que je me rend compte de l'importance qu'il peut avoir. C'est dingue n'empêche. Et plus je désire m'accrocher, et plus il me semble lointain. Parfois j'aimerais me réveiller. Quitter se sombre cauchemars. A l'instar d'un couloir sans fin, je courrais, mais n'en voyait pas le bout. Je ne savais pas, quand est-ce que le tout reprendrait son cours normal. Je ne savais même pas, si tout redeviendra comme avant. Quelques choses clochait ... mais quoi? Et si j'inventais tout? Ce qui était possible.... Bah... de toute façon, le cimetière n'étant pas le meilleur endroit pour y réfléchir, je décidais de un, me concentrer sur la demoiselle, et de deux, ne pas me cramer la gueule en allumant ma clope. La petite dame accepta la cigarette que je lui avait proposé. Tant mieux, je n'aimais pas vraiment fumé auprès d'une personne non fumeuse. Chacun sa merde après tout, si je désirais m'esquinter les poumons, c'était mon choix, mais pas la peine d'abimer ceux des autres.

De rien.

Sortant mon briquet à tête de mort, j'allumais ma clope, et tirait une longue latte. Malgré la fumée opaque que je recrachais, je me rendais bien compte que la jeune femme m'observait. Je ne lui en tenait pas rigueur. Je faisais de même. Mais à contrario, elle détourna le regard. Les cheveux foncée, je ne pouvais dire si, ils étaient brun, ou bien encore noir. Je pencherais pour la seconde solution. Pour ce qui est de son style, j'aimais bien. Rien à voir avec les petites pimbêches que Matt peut côtoyer. Mais, une question subsistait. Que faisait-elle dans le cimetière, à cette heure? Et à peine cette pensée formulée, je me rendais compte que c'était également valable pour moi. Pas loupé, d'ailleurs. Elle me posa une question.

Pas vraiment... je voulais savoir si, comme on le disait, cette bâtisse était vraiment hanté.

Je tirais une nouvelle latte, puis je fourrais mon briquet dans la poche de mon baggy, avant de reprendre.

Et, à part un piano, et de vieux meuble, il n'y a rien d'intéressant.

Lui adressant un sourire chaleureux, je me demandais bien ce qu'elle allait penser de moi. " Encore une illuminée " allait-elle se dire. Une illuminée dans un cimetière, de surcroit. Je ne me faisais cependant pas de soucis à ce sujet, car mon geste pouvait simplement s'apparenter à de la curiosité. Et le détachement avec lequel je lui avais annoncé ça, ne me donnait pas vraiment l'air d'une folle atteinte... si? ... Dans le bénéfice du doute, je préférais dévier le sujet.

Et toi? Tu te baladais ? Ou tu t'es perdu?

_________________
Avatar by Jade Voon de Horen
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes] Empty
MessageSujet: Re: J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes]   J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
J'aime les cimetières. [LIBRE une à deux personnes]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» omelette pour deux personnes
» Deux personnes à la fois ? (*)
» Mutant X - Souvenir, Souvenir - Brennan, Adam & Emma - G
» DIALOGUE AVEC MA DOUCE ARAIGNÉE N°2
» Etre soi-même

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D A N G E R O U S . M O O N :: | Forks :: •• Le cimetierre-
Sauter vers: